Le passif en japonais : les jodōshi られる et れる

Bienvenue dans cette leçon sur le passif en japonais.

En réalité, nous allons aborder plusieurs sujets, qui sont tous liés à l’auxiliaire (助動詞 – jodōshi) られる – れる (rareru – reru). Il s’agit d’un seul mot, mais il peut prendre différentes formes selon les mots auxquels il se rattache.

Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir ses rôles, sa conjugaison, la façon de le connecter aux autres mots et quelques phrases d’exemple.

Le « passif » en japonais est un sujet souvent considéré comme complexe. C’est d’ailleurs fréquemment une des plus grosses difficultés que rencontrent les apprenants. Certains ouvrages tentent de l’expliquer avec simplicité. Vous pouvez par exemple vous intéresser à Unlocking Japanese: Making Japanese as Simple as It Reallys Is (en anglais). Notez toutefois que ce livre est auto-édité, et comporte quelques défauts de présentation et de ton.

Les rôles de l’auxiliaire られる – れる (rareru – reru)

Cet auxliaire peut jouer quatre rôles :

  • 自発 (jihatsu) : spontanéité.
  • 可能 (kanō) : aptitude.
  • 受け身 (ukemi) : « passif » (que l’on pourrait plutôt appeler « défensif » ou « réceptif »).
  • 尊敬 (sonkē) : estime.
Vocabulaire et kanji pour 自発
TracéSensKunyomiOnyomiTraitsRadical
soi-mêmeみずか / おの
mizuka / ono
ジ / シ
ji / shi
6自 soi-même mizukara
départ
émettre

ta
ハツ
hatsu
ホツ
hotsu
9
Vocabulaire et kanji pour 可能
TracéSensKunyomiOnyomiTraitsRadical
approuver
capable de
-
ka
5
aptitude
capacité
théâtre Nō
-ノウ
10月 (⺝)
Vocabulaire et kanji pour 受け身
TracéSensKunyomiOnyomiTraitsRadical
recevoir
u
ジュ
ju
8
chair
corps
soi-même

mi
シン
shin
7
Vocabulaire et kanji pour 尊敬
TracéSensKunyomiOnyomiTraitsRadical
honneur
noble
précieux
respect
たっと
tatto
とっと
totto
ソン
son
12
respect
vénération
うやま
uyama
ケイ
12攵 (攴)

Conjugaison de られる et れる

Voici comment on conjugue られる (rareru) et れる (reru) en japonais :

未然形
(mizenkē)
連用形
(renyōkē)
終止形
(shūshikē)
連体形
(rentaikē)
仮定形
(katēkē)
命令形
(mērēkē)

re

re
れる
reru
れる
reru
れれ
rere
れろ
rero
れよ
reyo
られ
rare
られ
rare
られる
rareru
られる
rareru
られれ
rarere
られろ
rarero
られよ
rareyo

Cet auxiliaire suit le même modèle que les verbes shimoichidan (下一段).

Mots pouvant précéder られる

Ci-dessus, vous pouvez découvrir les mots qui peuvent venir avant られる (rareru).

Types de motsFormes de られる
一段 - くる - させる
→ 未然形
Toutes

Mots pouvant précéder れる

Ci-dessous, vous pouvez découvrir les mots qui peuvent venir avant れる (reru).

Types de motsFormes de れる
五段- する
→ 未然形
Toutes

→ On utilise la forme irrealis (未然形 – mizenkē) en ア (a) des verbes godan.

Mots pouvant suivre られる – れる (rareru – reru)

Voici une partie des mots pouvant suivre cet auxiliaire (助動詞 – jodōshi) :

未然形 (られ - れ)
Forme irrealis rare - re
ない
連用形 (られ - れ)
Forme connective rare -re
ます
終止形 (られる - れる)
Forme prédicative rareru - reru
-
連体形 (られる - れる)
Forme attributive rareru - reru
とき
仮定形 (られれ - れれ)
Forme hypothétique rarere - rere
命令形 (られろ - れろ)
Forme impérative rarero - rero
-
命令形 (られよ - れよ)
Forme impérative rareyo - reyo
-

Il existe des travaux poussés sur le passif en japonais. Par exemple les ouvrages The Grammatical Voice in Japanese:A Typologycal Perspective ou The Passive in Japanese: A cartographic minimalist approach. Ceux-ci sont plutôt destinés aux linguistes qu’aux apprenants de japonais, mais nous les citons ici pour faire passer un message simple : ce sujet fait débat même chez les spécialistes. Alors ne paniquez pas si vous avez un peu de mal au départ.

Un point sur le passif en japonais et les particules

Tout d’abord, avant de nous attaquer au japonais, faisons une petit révision sur le français. En français, nous pouvons utiliser la voix active et la voix passive. Regardez ces deux exemples :

  • Le chat a mangé la souris (voix active).
  • La souris a été mangée par le chat (voix passive).

Évidemment, on peut exprimer la même idée en japonais.

  • 猫は鼠をたべた (neko-wa nezumi-o tabe-ta).
    • On traduit cette phrase par « le chat a mangé la souris ».
  • 猫に鼠が食べられた (neko-ni nezumi-ga tabe-rare-ta).
    • On traduit cette phrase par « la souris a été mangée par le chat ».

Comme vous pouvez le constater, en japonais, il y a une difficulté supplémentaire : les particules de cas. En effet, に (ni), が (ga) et を (o) semblent ne plus jouer leur rôle habituel. Pourtant, elles indiquent les mêmes fonctions que d’habitude. C’est la traduction qui peut nous induire en erreur.

Le secret du passif japonais…

Pour vous aider à comprendre, disons que nous pouvosn traduireられる – れる par « se faire » ou « recevoir l’action de…».

La traduction de 鼠は猫に食べられた (nezumi-wa neko-ni tabe-rare-ta) devient ainsi « La souris se fait manger le chat», ou « La souris reçoit l’action de manger de la part du chat », sous-entendu elle se fait manger . En pensant de cette manière, on voit que les particules sont à leur place habituelle. Si vous n’en êtes pas convaincus, regardez.

Décomposons la phrase :

  • 鼠が (nezumi-wa)
    • Comme toujours, は (wa) marque le thème de la conversation.
    • Comme nous ne voyons pas de が (ga), nous supposons que dans cette phrase, le thème est également le sujet. Ici, on pourrait aussi avoir 鼠が (nezumi-ga). Ce ne serait pas forcément naturel, mais ce serait grammaticalement acceptable.
  • 猫に (neko-ni)
    • Comme d’habitude に (ni) marque une position. C’est comme si on pointait le chat du doigt.
  • 食べられた (tabe-rare-ta)
    • Ici, nous avons donc trois mots.
      • D’abord 食べ (tabe), la forme irrealis (未然形 – mizenkē) du verbe 食べる (taberu), « manger ».
      • Ensuite られ (rare), la forme connective (連用形 – renyōkē) de れる (reru), l’auxiliaire qui indique le « passif », que l’on pourrait plus exactement appeler « réceptif » ou même « défensif ».
      • Puis た (ta), l’auxiliaire qui indique le passé.
    • Mis ensemble, nous pouvons comprendre ces deux mots comme « s’est fait manger », « a reçu l’action de (se faire) manger ».
    • Nous avons appris dans la leçon sur l’ordre des mots en japonais que l’information principale vient à la fin.

Nous pouvons désormais répondre à toutes les questions clés pour comprendre la phrase. Tout d’abord, qui joue le rôle principal ? Ici, c’est la souris. Ensuite, quelle est l’information principale ? Ici, c’est « s’est fait manger ». Nous pouvons donc déjà comprendre que la souris s’est fait manger.

Mais par qui ? Eh bien, nous avons pointé le chat du doigt.

Attention : cette phrase n’est pas nécessairement extrêmement naturelle. Elle nous permet simplement d’illustrer les choses, mais en pratique, pour véhiculer cette idée, on va plutôt dire « Le chat mange la souris » (猫は鼠を食べる – neko-wa nezumi-o taberu).

En revanche, dans certains cas, le passif en japonais est à la fois fort utile et tout à fait naturel. Il permet par exemple d’exprimer une déception, ou encore des idées comme « On » en français.

Le souci de la traduction

De manière naturelle en français, nous allons avoir tendance à traduire la phrase présentée ci-dessus par « La souris a été mangée par le chat », voire par « Le chat a mangé la souris ».

Quand on analyse depuis la traduction, on peut avoir l’impression que le japonais est illogique, que les particules changent de place un peu au hasard.

Cependant si on prend le temps d’analyser ce que la phrase veut dire de base, en japonais, on s’aperçoit que les règles habituelles sont parfaitement respectées.

Les particules から (kara) et によって

En revanche, dans certaines phrases « passives », il est effectivement nécessaire de faire attention au choix des particules, afin de transmettre la bonne information.

En effet, la particule に (ni) peut parfois manquer de clarté. Son vrai rôle, c’est d’indiquer une position, de « pointer du doigt ». Or, il y a certaines situations où ce n’est pas assez précis.

Prenons un exemple simple. Admettons que je veuille dire que quelqu’un s’est fait donner quelque chose par quelqu’un d’autre. Voici comment je vais procéder :

花が彼から彼女に渡された。
はながかれからかのじょにわたされた。
hana-ga kare-kara kanojo-ni watasa-re-ta
fleur[-rôle principal] petite.amie[-position] donner[-réceptif][-passé].
Il a donné des fleurs à sa petite amie.
(Des fleurs se sont fait donner à sa petite amie par lui).

Je vais utiliser la particule d’origine から (kara) pour indiquer une source, une origine. En effet, si j’utilisais deux fois に (ni), ce serait difficile de savoir qui a reçu et qui a donné.

Maintenant, prenons une autre situation.

Admettons que je souhaite dire que quelque chose a été fabriqué par quelqu’un. Je vais m’y prendre ainsi :

先日父によって書けられた本を発見した。
せんじつちちによってかけられたほんをはっけんした。
senjitsu chichi-niyotte kake-rare-ta hon-o hakkenshi-ta.
l'autre.jour mon.père[-fabricant] écrire[-réceptif][-passé] livre[-victime] découvrir[-passé].
L'autre jour, j'ai découvert un livre écrit par mon père.
( L'autre jour, j'ai découvert un livre qui s'est fait écrire par mon père).
© bunbuku sur tatoeba.org. CC BY 2.0.

によって (niyotte) est ce que l’on appelle une particule de cas composée. Ce sont des mots dont nous reparlerons dans diverses leçons, qui permettent de rendre notre expression plus précise.

によって (niyotte) peut jouer plusieurs rôles. Cependant, dans cette phrase, il y en a qui nous intéresse en particulier. En effet, cette particule peut indiquer, entre autres, la provenance créatrice, le « fabricant ».

Pourquoi je n’utilise pas に (ni) ? Eh bien, parce que cette phrase est ambigüe :

先日父に書けられた本を発見した。
せんじつちちにかけらたほんをはっけんした。
senjitsu chichi-ni kake-rare-ta hon-o hakkenshi-ta.
l'autre.jour mon.père écrire[-réceptif][-passé] livre[-victime] découvrir[-passé].
L'autre jour, j'ai découvert un livre écrit pour mon père.
(L'autre jour, j'ai découvet un livre qui a été écrit pour mon père).

En effet, ici, on comprend plutôt que j’ai trouvé un livre qui a été écrit pour mon père.

Finalement, le japonais fonctionne exactement comme la vraie vie : c’est bien beau de pointer du doigt quelqu’un ou quelque chose et de faire des grands gestes, mais souvent on se fait mieux comprendre en prenant la peine de donner quelques précisions.

Un point plus avancé

En japonais, vous pouvez rencontrer une phrase de ce type :

C’est un des hantises de certains apprenants, car encore une fois, si on analyse depuis la traduction naturelle, les particules de cas semblent faire n’importe quoi. Naturellement, ce n’est pas le cas.

私は田中さんにケーキを食べられた。
わたしはたなかさんにケーキをたべられた。
watashi-wa tanakasan-ni kēki-o tabe-rare-ta.
je[-thème] Tanaka[-position] gâteau[-victime] manger[-réceptif][-passé].
Tanaka a mangé mon gâteau !
( Je me suis fait manger le gâteau par Tanaka / J'ai reçu l'action de manger le gâteau par Tanaka).

Nous allons vous expliquer pourquoi, mais commençons par regarder une phrase plus simple :

ケーキが食べられた。
ケーキがたべられた。
kēki-ga tabe-rare-ta.
gâteau[-sujet] manger[-réceptif][-passé].
Le gâteau a été mangé / Quelqu'un a mangé le gâteau.
(Le gâteau s'est fait manger).

Puis, tentons de l’analyser. En fait, on peut la décomposer en deux parties :

  • ケーキが (kēki-ga)
    • Comme d’habitude, が (ga) indique le sujet, le rôle principal.
  • 食べられた (tabe-rare-ta)
    • Nous savons qu’en japonais, l’information principale tend à être en fin de phrase. C’est ce qui se passe ici.
    • Nous pouvons décomposer cette information en trois mots.
      • D’abord 食べ (tabe), la forme irrealis (未然形 – mizenkē) du verbe 食べる (taberu), « manger ».
      • Ensuite, られ (rare), la forme connective de l’auxiliaire られる (rareru), qui indique le « passif ».
      • Puis た (ta), la forme prédicative (終止形 – shūshikē) de l’auxiliaire た (ta), qui indique le passé.
    • Ici, l’information principale est donc s’est fait manger.

En réalité, cette phrase est plutôt simple. Bien entendu, pour la comprendre, il faut connaître différents éléments. Mais l’information transmise est plutôt limitée. Or, le japonais permet bien évidemment d’aller plus loin. Reprenons notre phrase de tout à l’heure.

Analyse de la phrase 田中さんにケーキを食べられた (tanakasan-ni kēki-o tabe-rare-ta)

Décomposon-la :

  • 私は (watashiwa)
    • Comme d’habitude, は indique le thème de conversation.
    • On peut donc ici traduire par « En ce qui me concerne ».
    • Par ailleurs, la phrase ne contient pas de が (ga). Or, il y a forcément un acteur principal. Cela pourrait être 田中さん (tanakasan), cependant ici ce n’est pas possible, puisqu’il est suivi de la particule de cas を (o). De la même manière, ケーキ (kēki) est suivi de la partiucle de cas に.
    • Par conséquent, on peut logiquement considérer que 私 (watashi), « je » joue le rôle principal.
    • Ce ne serait pas très naturel dans certains contextes, mais si la phrase commençait par 私が (watashiga), elle serait grammaticalement correcte.
  • 田中さんに (tanakasan-ni)
    • La particule に (ni) indique une position. C’est un peu comm si je pointais Tanaka du doigt.
  • ケーキを (kēki-o)
    • La particule を indique l’ojbjet direct, la victime.
  • 食べられた (tabe-rareta)
    • 食べ (tabe) est la forme irrealis du verbe 食べる (taberu).
    • られ (rare) est la forme connective de l’auxiliaire られる, que l’on peut praduire par « se faire » ou « recevoir l’action de…».
    • た est la forme prédicative de l’auxiliaire た (ta), qui marque entre autres le passé.
    • Comme 食べられた (tabe-rare-ta) est à la fin, on sait que c’est l’information principale donnée sur le sujet.

Je n’ai plus qu’à me poser les bonnes questions. D’abord, qui joue le rôle principal ? C’est « Je ». Ensuite, quelle est l’information que l’on donne sur moi ? « Je me suis fait manger, j’ai reçu l’action de manger ».

Heureusement, la phrase ne s’arrête pas là ! Il y a une victime : le gâteau. Je peux en conclure que la phrase signifie « Je me suis fait manger quoi ? le gâteau », ou « Je me suis fait manger mon gâteau ». J’identifie la personne qui a commis ce méfait en la pointan du doigt avec に (ni) : c’est Tanaka.

Ainsi, on peut considérer que le sens japonais de la phrase est « Je me suis fait manger mon gâteau par Tanaka ».

Comme vous l’avez peut-être compris, une telle phrase permet de mettre en avant notre manque de contrôle, et peut également avoir un ton de reproche.

Une dernière subtilité

En pratique, traduire れる (reru) par « se faire » fonctionne bien dans l’immense majorité des cas. Mais, en vérité, れる (reru) signifie plutôt « recevoir l’action de verbe ». Prenons cet exemple :

去年、女房に死なれたんだよ。
きょんえん、にょうぼうにしなれたんだよ。
kyonen, nyōbō-ni shina-re-ta-n-da-yo.
année.dernière, ma.femme[-position] mourir[-réceptif][-passé][appartenance-][-affirmation][-emphase]
C'est parce que ma femme nous a quitté l'année dernière.
(C'est que je suis dans le cadre d'avoir reçu l'action de mourir de la part de ma femme l'année dernière).
© bunbuku sur tatoeba.org. CC BY 2.0.

Ici, on voit les limites de penser à られる – れる (rareru – reru) comme « se faire ». En effet, si on commence à essayer de dire « Je me suis fait mourir par ma femme », nous ne sommes pas sortis de l’auberge ! Voici pourquoi nous vous encourageons vraiment à plutôt penser à られる – れる (rarerureru) comme « recevoir l’action de… ».

Décomposons la phrase :

  • 去年 (kyonen), « année dernière ».
    • Ici, rien à signaler, on nous donne simplement une information temporelle. Ce dont on va nous parler s’est passé l’année dernière.
  • 女房に (nyōbō-ni) « ma femme {position} ».
    • Comme d’habitude, la particule に permet de pointer du doigt.
    • À ce stade de la phrase, on ne sait pas encore exactement comment nous allons l’interpréter.
  • 死なれたんだよ (shina-re-ta-n-da-yo).
    • Nous voici face à une grosse affaire, car nous avons six mots à analyser ! Pas de panique.
    • Tout d’abord, 死な (shina) est la forme irrealis (未然形 – mizenkē) du verbe 死ぬ (shinu), « mourir ».
    • Ensuite れ (re) est la forme connective (連用形 – renyōkē) de l’auxilaiire れる (reru) qui indique le « passif ».
    • Puis, た (ta) est la forme attributive (連体形 – rentaikē) de l’auxiliaire た (ta), qui indique le passé.
    • Après cela, ん (n) est la forme raccourcie de la particule de cas の (no).
      • Cette particule marque l’appartenance, mais peut aussi remplacer un nom. Ici vous pouvez la comprendre comme « le fait de… », « le cadre de… ».
    • Puis だ (da) est la forme prédicative (終止形 – shūshikē) de l’auxiliaire だ (da), qui indique une affirmation.
      • La tournure んだ donne une nuance explicative à la phrase.
    • Enfin, pour terminer, よ (yo) est une particule finale qui indique l’emphase.

L’information principale de cette phrase, c’est 死なれたんだよ (shina-re-ta-n-da-yo), c’est à dire « c’est le fait d’avoir reçu l’action de mourir », « c’est dans le cadre d’avoir reçu l’action de mourir ».

Le rôle principale de cette phrase, c’est « moi », « Je ». En effet, en l’absence de contexte, nous supposons que la personne qui dit la phrase parle d’elle même.

Enfin, j’ai une autre information : に (ni) permet de pointer « ma femme » du doigt.

Comme nous vous l’avions expliqué dans la leçon sur les auxiliaires だ (da) et です (desu), だ (da) peut être interprété comme un symbole =. Par conséquent, la phrase ci-dessus peut être comprise comme :

(Je) = être dans le cadre recevoir l’action de mourir, en pointant ma femme du doigt, l’année dernière.

En d’autres termes, « C’est dans le cadre d’avoir reçu le fait de mourir de la part de femme l’anée dernière », ou « Je suis dans le cadre d’avoir reçu le fait de mourir de la part de ma femme l’année dernière », sous-entendu, la situation actuelle, mes difficultés actuelles s’expliquent par le fait que ma femme est décédée l’année dernière.

Bien sûr, on ne traduirait jamais comme ça.

Mais c’est proche du sens en japonais, et c’est précisément cela qui nous intéresse, et qui va nous aider à aboutir à la traduction plus naturelle « C’est parce que ma femme nous a quittés l’année dernière ».

Comme il y a la particule よ (yo) à la fin de la phrase pour insister, nous pouvons supposer que la personne à qui on parle n’était pas nécessairement au courant. Ou encore, nous pouvons supposer qu’elle est au courant, mais que nous souhaitons insister, par exemple, parce qu’elle se montre peu compréhensive.

Les autres usages des auxiliaires られる et れる

En dehors du « passif », les autres usages de ce verbe sont nettement plus simples à comprendre.

Marqueur de respect

先生は来られた。
せんせいはこられた。
sensē-wa ko-rare-ta.
professeur[-thème] venir[-politesse][passé].
Le professeur est venu.

Dans cette phrase, l’auxiliaire られ (rare), la forme connective de られる (rareru), indique juste la politesse, le respect dont je fais preuve à l’égard du professeur. D’ailleurs, j’aurais très bien pu dire ceci à la place :

先生は来た。
せんせいはきた。
sensē-wa ki-ta.
professeur[thème], venir[-passé].
Le professeur est venu.
(En ce qui concerne le professeur, (il) est venu).

La seule différence, c’est qu’ici je ne marque aucun respect particulier.

Potentiel

Là encore, l’usage est transparent. られる (rareru) permettent d’indiquer une aptitude, une possibilité :

スマオで動画が見られる。
スマオでどうががみられる。
sumao-de dōga-ga mi-rareru
smartphone[-moyen] vidéo[-rôle principal] regarder[-aptitude].
On peut regarder des vidéos sur un smartphone.
(Des vidéos peuvent être regardées au moyen d'un smartphone).

Cependant, cet usage n’existe qu’avec les verbes ichidan. Si vous souhaitez exprimer une aptitude pour des verbes godan, vous devrez utiliser le verbe potentiel dérivé. Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous conseillons vraiment de lire la leçon sur les verbes potentiels, qui va vous détailler d’autres subtilités.

Spontanéité

子供の頃が思い出される。
こどものころがおもいだされる。
kodomo-no koro-ga omoidasa-reru.
enfance[-appartenance] période[-rôle principal] se.souvenir[-spontanéité].
Ça me rappelle mon enfance.
(La période de l'enfance se fait souvenir).

Recommandations

Nous vous invitons à découvrir les outils d’apprentissage suivants :

Ouvrages cités dans cet article

The Grammatical Voice in Japanese: A Typological Perspective

amazon
82.24

The Passive in Japanese: A cartographic minimalist approach

amazon
113.43

Unlocking Japanese: Making Japanese as simple as it really is

amazon
8.48
Meilleures ventes Amazon sur le passif en japonais
1

52 Japanese Candy and Snack Okashi Set

amazon
29.00
2

The Grammatical Voice in Japanese: A Typological Perspective

amazon
82.24
3

The Japanese Mind: Understanding Contemporary Japanese Culture

amazon
15.10
4

The Passive in Japanese: A cartographic minimalist approach

amazon
113.43
5

Vitals: Passive voice (Japanese Edition)

amazon
7.27

Si vous appréciez notre travail, le meilleur moyen de nous aider est de cliquer sur les liens ci-dessus. Nous pourrons alors toucher des commissions sur vos achats, même si vous commandez d’autres produits que ceux indiqués. C’est ce qui nous permet de financer ce site 100% gratuit, et nous vous en remercions.

Conclusion

Merci d’avoir lu cet article !

Vous avez la possibilité de découvrir nos cours de japonais les plus récents sur cette page. Pour avoir une approche structurelle et organisée de la langue, nous vous invitons à suivre notre parcours grammaire.

Si vous avez des questions ou que vous souhaitez suggérer des modifications, n’hésitez pas à profiter de l’espace commentaires ci-dessous. Vous pouvez également nous contacter sur les réseaux sociaux (Instagram/Facebook/Twitter).

Nos sources sur le passif en japonais

Jodōshi 「reru – rareru」(kokugoubunpou.com)

「rareru」no tsukaikata-to reibun – kēgo no shurui – rareru-no betsu-no kēgo hyōgen (tap-biz.jp)

Ukemi・kanō・jihatsu・sonkē-no jodōshi (reru・rareru) (国語文法.com)

Si vous avez apprécié cet article, vous pouvez nous aider en le partageant :

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur telegram
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Transparence. Le Cherche lettres est un site gratuit financé par les liens affiliés. Lorsque vous cliquez sur un lien se trouvant dans un encadré gris comme celui-ci, vous pouvez être redirigés sur des sites d’e-commerce (Amazon, la Fnac, etc.) Nous pouvons alors toucher une commission sur vos achats, sans aucun frais additionnels pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.