La phrase de base en japonais

Bienvenue dans cette leçon sur la phrase de base en japonais !

La plupart des langues ont ce qu’on appelle une phrase de base. Concrètement, cela correspond à la manière la plus simple de communiquer une information. Par exemple, nous pourrions dire qu’en français, la phrase de base est :

sujet verbe. En effet, cette structure vous permet de donner une information telle que « je mange ».

Aujourd’hui, nous allons parler de la phrase de base en japonais, qui prend cette forme :

sujet が prédicat.

→ Pour bien comprendre cette leçon, nous vous conseillons de lire auparavant nos articles sur les catégories de particules en japonais et sur les particules de cas en japonais.

Pour vous plonger à fond dans le thème des particules et de la phrase en japonais, nous pouvons vous recommander des ouvrages comme Des particules en japonais, ou, en anglais, le fameux Making Sense of Japanese et All About Particles.

La phrase de base en japonais : sujet が prédicat

Dans les précédentes leçons, nous avons appris que :

  • Le sujet en japonais est marqué par la particule de cas が.
  • Le prédicat termine généralement les phrase, et peut prendre quatre formes :
    • Verbe.
    • Adjectif en i.
    • Adjectif en na.
    • Nom + auxiliaire だ (da) ou です (desu).

Voici quelques rappels :

Le sujet joue le rôle principal dans une phrase. C’est l’objet ou la personne qui effectue une action, ou qui se trouve dans un état donné.

Quant au prédicat, c’est l’information principale que l’on donne à propos du sujet.

Exemples de prédicat

Voyons quatre exemples.

Prédicat avec un verbe

この犬が魚を食べる。
このいぬがさかなをたべる。
Kono inu ga sakana o taberu.
Ce chien[-sujet] poisson[-objet-direct] manger.
Ce chien mange des poissons.

On peut diviser cette première phrase en trois :

  • この犬 (kono inu-ga) : ici, la particule de cas が nous indique que « ce chien » (kono inu) est le sujet.
  • (sakana-o) : cette fois, la particule de cas を nous indique que « poisson » (sakana) est l’objet direct.
  • 食べる (taberu) vient en fin de phrase, c’est l’information principale sur le sujet, le prédicat.

Prédicat avec un adjectif en i

背が高い。
せがたかい。
Se ga takai.
Taille[-sujet] grand.
Je suis grand / Il est grand / ...

Cette fois, nous pouvons diviser la phrase en deux parties :

  • (se-ga) : ici, la particule de cas が nous indique que « taille » (se) est le sujet de la phrase.
  • 高い (takai) : « grand » (takai) est un adjectif en i en fin de phrase. C’est le prédicat, l’information principale.

→ Vous avez peut-être remarqué que cette phrase est une phrase de base en japonais. En effet, elle adopte le schéma dont nous avons parlé plus haut : sujet が prédicat.

Prédicat avec un adjectif en na

犬が好きだ。
いぬがすきだ。
Inu ga sukida.
Chien[-sujet] plaisant.
J'aime les chiens / ...

Encore une fois, nous pouvons diviser la phrase en deux :

  • : comme d’habitude, が indique le sujet, c’est-à-dire 犬 (inu), qui veut dire « chien », « les chiens », etc.
  • 好きだ : l’adjectif en na « plaisant » (sukida) termine la phrase et fait office de prédicat. C’est l’info clé sur le sujet.

→ En français, nous allons avoir tendance à traduire cette phrase par « J’aime les chiens ». En effet, pour nous, cette tournure est plus naturelle. Cependant, la phrase japonaise signifie bel et bien « Les chiens sont plaisants ». Il faut savoir adopter une autre logique. Vous l’avez peut-être constaté, cette phrase est également une phrase de base en japonais, qui suit le schéma sujet が prédicat.

Prédicat avec un nom

この猫がムギだ。
このねこがムギだ。
Kono neko ga mugi da.
Ce chat[-sujet] Mugi[-aux-affirmatif].
Ce chat, c'est Mugi / Ce chat s'appelle Mugi / ...

Nous avons de nouveau la possibilité de diviser cette phrase en deux :

  • この猫 (kono neko ga) : grâce à la particule が nous savons que « ce chat » est le sujet.
  • ムギ (mugi-da) : cette fois, nous avons affaire à une structure un peu différente. En effet, ムギ est un prénom. Les prénoms appartiennent à la catégorie de mots des noms (mēshi). Quant à だ, c’est un auxiliaire (jodōshi) d’affirmation. Un nom accompagné de cet auxiliaire peut constituer un prédicat. Mugi da est donc encore une fois l’information principale que l’on donne sur le sujet, « ce chat ».

Nous pouvons faire le même constat que pour les deux phrases précédentes. Nous sommes bien ici confrontés à une phrase de base, puisqu’elle adopte la structure sujet が prédicat.

→ Si vous avez encore des difficultés à comprendre ce qu’est le prédicat, n’hésitez pas à nous demander de l’aide ou des explications supplémentaires dans les commentaires.

Le sujet dans la phrase de base en japonais

De manière intuitive, nous pourrions croire que dans une « phrase de base », le sujet doit être très simple. Toutefois, ce n’est pas le cas ! En effet, certaines phrases qui peuvent paraître complexes de prime abord adoptent en fait exactement la même structure, sujet が prédicat.

Par exemple, jetez un œil à cette phrase :

魚を食べる犬が病気だ。
さかなをたべるいぬがびょうきだ。
Sakana o taberu inu ga byouki da.
Poisson[objet-direct] manger-chien[-sujet] maladie[-aux-affirmatif].
Le chien qui mange des poissons est malade / Les chiens qui mangent des poissons sont malades ...

En japonais, on peut utiliser une phrase complète pour « qualifier un nom ».

C’est ce que vous venez d’observer dans la phrase ci-dessus.

En fait 魚を食べる (sakana o taberu) est une phrase en soi, qui pourrait être indépendante. Mais, si on souhaite dire « les chiens qui mangent des poissons », il suffit de la placer avant le nom 犬 (inu), qui veut dire « chien ».

On pourrait d’ailleurs faire la même chose avec 人 (hito), qui veut dire « être humain », « personne » :

  • 魚を食べる人 (sakana o taberu hito) signifie « les gens qui mangent du/des poissons ».

Des sujets un peu plus complexes…

Nous pouvons diviser la phrase vue plus haut, 魚を食べる犬が病気だ (sakana o taberu inu ga byōki-da), de plusieurs manières. Voici une des possibilités, celle qui nous intéresse le plus :

  • 魚を食べる犬 (sakana o taberu inu ga) : le sujet de la phrase (le rôle principal) est sakana o taberu inu, c’est-à-dire « les chiens qui mangent des poissons ».
  • 病気 (byōki da) : le prédicat de la phrase (l’information clé) est byōki-da. Byōki est un nom (mēshi) qui signifie « maladie », tandis que だ est un auxiliaire d’affirmation, qui lui est rattaché.

De ce fait, cette phrase, qui peut paraître compliquée au départ, est en fait plutôt facile à analyser, puisqu’elle répond au modèle de la phrase base en japonais : sujet が prédicat.

Et は dans tout ça ?

Si vous avez commencé votre apprentissage du japonais ailleurs, il y a de fortes chances que la première chose que vous ayez appris à dire soit quelque chose comme :

  • 私はmon-prénomです (watashi-wa mon-prénom-desu).

Ce qui peut vous amener à vous poser deux questions. Tout d’abord, où est passé le は dans la phrase de base en japonais. Ensuite, comment se fait-il qu’une phrase puisse exister sans が, comme si elle n’avait pas de sujet.

Les trois prochaines leçons vous nous permettre de répondre à ces questions. Nous allons y présenter la particule adverbiale は, puis parler des différences fondamentales entre は et が. Enfin, nous allons vous présenter un allié précieux pour analyser le japonais : le pronom zéro.

Nos sources sur la phrase de base en japonais

Making Sense of Japanese par Jay Rubin

Transparence. Le Cherche lettres est un site gratuit financé par les liens affiliés. Lorsque vous cliquez sur un lien se trouvant dans un encadré gris comme celui-ci, vous pouvez être redirigés sur des sites d’e-commerce (Amazon, la Fnac, etc.) Nous pouvons alors toucher une commission sur vos achats, sans aucun frais additionnels pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.